Comment est née l'huile essentielle et l'aromathérapie ?

Depuis des temps très reculés, les plantes ont été utilisées par pour se soigner. De grandes civilisations comme la médecine indienne (ayurvéda) ou chinoise ont utilisé depuis longtemps les huiles essentielles. Mais la civilisation la plus avancée dans le domaine fut l'Egypte antique, dont la médecine était particulièrement avancée. La conservation des momies étant peut-être l'exemple le plus flagrant.


L'extraction des huiles essentielles par distillation a été inventée par Avicenne, médecin arabe qui mit au point l'alambic (autour de l'an 1000). Les croisés ramèneront cette technique en Europe au XII° Siècle. Cette médecine naturelle arriva dans les apothicaireries. L'aromathérapie médicale moderne est née en France. Depuis, l'aromathérapie, médecine naturelle complémentaire, n'a cessé de gagner du terrain face au "tout chimique de l'allopathie classique".

En 1975, Pierre Franchomme, aromatologue réputé, apporte la notion fondamentale le "chémotype", véritable signature biochimique de l'huile essentielle. Cette notion a permis d'améliorer les résultats thérapeutiques, de réduire les échecs et de diminuer les risques secondaires. Il est coauteur d'un livre de référence "l'aromathérapie exactement", considérée comme la bible des huiles essentielles.

En 1964, à la suite d'une pénurie de médicaments classiques, le Docteur Valnet, chirurgien français, vérifie l'efficacité des huiles essentielles. Par ses ouvrages, il vulgarise l'aromathérapie à un très large public. Ses travaux seront prolongés par Sévelinge, pharmacien lyonnais, dans le domaine de la médecine vétérinaire.

En 1918, René-Maurice Gattefossé, pharmacien français, se brûle la main dans l'explosion de son laboratoire. Il a le réflexe de plonger sa main dans un récipient contenant de l'huile essentielle de lavande vraie. Le soulagement immédiat et la cicatrisation sont déconcertantes. Ce pharmacien se consacre alors à l'étude médicale des huiles essentielles. Une bonne huile essentielle dépend de deux facteurs, la qualité de la distillation et la qualité de la plante et de la cueillette. Le savoir-faire des récoltants, distillateurs et aromatologues joue donc un rôle primordial.

Comment utiliser les huiles essentielles ?

En massage : Application la plus connue. Dans ce cas il faut mélanger votre huile essentielle à une huile végétale, et surtout ne pas utiliser d'huile essentielle dermocaustique (irritante pour la peau).

Grâce à un diffuseur d'huiles essentielles : L'huile essentielle se diffuse alors dans toute la pièce et rayonne de ses bienfaits. Il faut toujours utiliser l'huile essentielle pure, sans dilution et fuir les brûles parfums qui en chauffant l'huile essentielle la dénaturent en lui faisant perdre ses vertus.

Dans le bain : Mais en prenant soin de diluer votre huile essentielle dans un émulsifiant végétal (solubilisant de type solubol), de ne pas utiliser d'huile essentielle dermocaustique et de ne pas choisir n'importe quelle huile essentielle, proscrire la menthe poivrée (thermolysante).

Par voie orale : C'est le top de l'aromathérapie. Il faut diluer les gouttes d'huile essentielle dans un solubilisant végétal ou dans du miel et respecter les doses prescrites. Il existe aussi des capsules d'huile essentielle aussi facile d'emploi qu'une gélule classique.

La fumigation : Il ne faut pas oublier les fumigations de nos grands-mères. L'huile essentielle doit d'abord être mélangée à une solubilisant avant d'être versée dans l'inhalateur. En cuisine : Quelques gouttes d'une huile essentielle relèveront vos plats de façon spectaculaire.

En cosmétique : Vous pouvez vous-même confectionner vos produits de beauté en ajoutant à une crème neutre des gouttes d'huile essentielle. Pensez aussi à l'utilisation d'hydrolat (eau florale) issu de la distillation de l'huile essentielle.

Suivant

>> Voir le Guide <<